Conférence débat sur « les enjeux des technologies de l’Information »


ConfUNESCO

 

Conférence débat sur « les enjeux des technologies de l’Information et de la Communication dans la construction d’une société de savoir », dans le cadre du projet de « renforcement des capacités des institutions de formation des enseignants » : UNESCO-CFIT. L

 

e Bureau de l’UNESCO Brazzaville et le Ministère de l’enseignement supérieur ont organisé, le jeudi 3 mars 2016, à l’auditorium de la Grande Bibliothèque Universitaire de Brazzaville, une conférence débat sur les « enjeux des Technologies de l’Information et de la Communication dans la construction d’une société de savoir ». Cette activité a eu lieu dans le cadre du projet de « renforcement des capacités des institutions de formation et organisation de la formation continue des enseignants du primaire et du secondaire au Congo ». Ce projet régional couvre huit pays en Afrique dont : Côte d’Ivoire, Ethiopie, Namibie, Congo, République Démocratique du Congo, Ouganda, Libéria et Tanzanie.

Cette conférence visait à sensibiliser le public congolais et particulièrement les décideurs sur l’importance des Technologies de l’information et de la communication dans l’éducation au Congo.

Après l’allocution d’ouverture prononcée par le Directeur de Cabinet du Ministre de l’enseignement supérieur au nom du Président de la Commission nationale congolaise pour l’UNESCO, le Professeur Georges Moyen, les participants ont suivi tour à tour six communications : Le Docteur Jean Pierre Ilboudo, Chef du Bureau de l’UNESCO de Namibie, premier conférencier a développé l’expérience de la Namibie dans le cadre du Projet CFIT. Il a mis l’accent sur le rôle de l’éducation dans la construction des sociétés du savoir, à travers la large diffusion des TIC et l’implantation d’une culture technologique et l’alphabétisation numérique.

A son tour, M. Jean Goma Maniongui, Coordonnateur national du projet a présenté le projet, son contexte, ses réalisations ainsi que les actions à mener visant la formation de 500 enseignants.

Le troisième communicateur, M. Zeng Zhiwei, Directeur adjoint de la Société HUAWEI a présenté la situation de la Chine en matière de TIC, la place de son entreprise, la première au niveau mondial. Quant à M. Léon Mvoumbo, Responsable technique du projet, sa communication portait sur les avantages du e-learning dans la formation des enseignants.

Pour sa part, le représentant du Ministère des postes et télécommunications, M. Luc Missidibazi, Directeur des nouvelles technologies a présenté la situation et les problèmes de connectivité au Congo et des salles informatiques en particulier.

Le dernier conférencier, M. Vérone Mankou, ingénieur congolais, créateur d’un téléphone mobile congolais ELIKIA, a présenté les outils informatiques dans l’enseignement des TIC.

Plusieurs personnalités ont pris part à cette conférence débat notamment des cadres des trois Ministères en charge de l’éducation, des Ministères de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, des postes et télécommunications, du Ministère de la communication et information, chargé des relations avec le Parlement, des ONG, des Syndicats d’enseignants et des entreprises privées. Les participants ont recommandé une grande diffusion des objectifs et résultats du projet dit CFIT auprès des décideurs. Ils ont également encouragé l’équipe du projet à s’activer pour mettre en oeuvre les activités prescrites dans les plans d’activités présentés lors de cette session. Enfin, les participants ont souligné que ce projet est porteur des changements au niveau des méthodes d’enseignement et de l’image des enseignants qui doit être tournée vers les défis de l’avenir du Congo.